Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est la crise, et de facto, il faut se serrer la ceinture. Même la langue française n'a pas été épargnée. Effectivement, exit ce temps joyeux, celui de l'opulence, où le moindre mot avait droit à une dizaine de synonymes, sinon bien plus. Désormais, chaque mot doit se contenter, tout au plus, de deux équivalents (et encore).

Exemple patent, jusqu'à présent le mot "équivalent" était le synonyme du mot "synonyme". Autres temps, autres mœurs : dorénavant, les usagers de la langue française devront se contenter du mot synonyme....sans que mot n'ait un autre synonyme.

Le mot "patent", là encore, jouissait, jusqu'à aujourd'hui, de tout un panel d'équivalents...pardon! de synonymes (comme par exemple : évident, manifeste, indéniable, palpable etc), dorénavant, ce mot a tout simplement été rayé du vocabulaire français, et pour dire "patent", les gens devront se contenter de dire "évident".

Autre exemple patent, pardon ...autre exemple évident, le verbe obstruer, qui se targuait d'avoir des synonymes à tout va (aveugler, boucher, embouteiller, oblitérer etc), n'en a plus aucun aujourd'hui, et comme de toutes façons, sans qu'on le soumette aux autres synonymes, les gens ne comprennent pas son sens, alors ce verbe a tout simplement été rayé du vocabulaire.

Des exemples de cet acabit se font monnaie courante, et à propos de "se font monnaie courante" (une expression), il faut savoir que même les expressions n'ont pas été épargnées par cette austérité. Pour faire simple, les expressions françaises ne brillent plus désormais par les images sous-jacentes qu'elles renvoyaient, mais les locuteurs de la langue françaises devront dorénavant les prendre au mot.

A titre d'exemple, quand on dit aujourd'hui "faut pas pousser mémé dans les orties" ne signifie plus, subrepticement, "fais gaffe à ne pas abuser de ma patience". Désormais, cette expression est à prendre au mot, et si d'aventure, quelqu'un se risque à l'utiliser dans une conversation mondaine, son interlocuteur devra se demander qui est cette mémé, et pour quelle raison a-t-elle été poussée dans orties?

D'ores et déjà, l'association des auteurs, éditeurs et poètes utilisant la langue française n'ont pas tarder à monter au créneau, pour dénoncer une politique d'austérité qui ne dit pas son nom. Pour contrer et dénoncer cela, ils annoncent une manifestation d'envergure devant le palais de l'Académie française pour les prochains jours.

Les responsables de ladite Académie leur ont, quant à eux, répondu que désormais, il ne faut plus dire "manifestation d'envergure", mais se contenter de dire "manifestation importante"

"que voulez-vous, c'est la crise pour tous !" se désole un académicien rencontré dans un bar.

La crise a fait revoir les ambitions de la Langue Françaises à la baisse
Tag(s) : #Urgent

Partager cet article

Repost 0